La Collégiale Saint Pierre

Rue St Pierre
86300 CHAUVIGNY

Ouvert toute l'année

Présentation

Son origine est mal connue. L'existence d'un chapitre de dix chanoines y est attestée dans le premier quart du XIe siècle. Il existait donc, à cette époque, un premier édifice, dont quelques pierres sculptées sont réemployées dans le chevet de l'église qui nous est parvenue. Celle-ci a été construite au XIIe siècle, en commençant par le choeur. Le clocher a été achevé au début du XIIIe siècle. Siège d'un archiprêtré sous l'Ancien Régime, Saint-Pierre reste celui du doyenné jusqu'au début de notre siècle; il est alors transféré à Notre-Dame en ville basse.

Très endommagée sous les guerres de Religion et lors de la Fronde, privée d'entretien sous la Révolution, elle a fait l'objet de plusieurs campagnes de restauration au XIXe siècle. Les crépis et peintures intérieurs datent de 1856. Si la façade est peu ornée, le chevet (visible rue Saint-Pierre) frappe par l'harmonieux étagement des volumes et par la richesse de la décoration sculptée. Noter que les murs au sommet recourbé qui couronnent l'abside et les chapelles rayonnantes ne sont pas des coupoles mais de simples murs-bahuts qui dissimulent la toiture en tuiles.

L'intérieur frappe par l'élévation des voûtes qui donne au monument légèreté et lumière. La nef à cinq travées n'a pour tout décor que celui des chapiteaux, dont le style évolue d'est en ouest vers des formes de plus en plus gothiques.

Toute la richesse est réunie dans le choeur. Les chapiteaux des colonnes sont mondialement connus: on y voit divers épisodes de la vie de la Vierge (Annonciation) et de Jésus (Annonce aux bergers, Adoration des Mages, Présentation au Temple, Tentation au désert), le Triomphe et la ruine de Babylone, le Pèsement des âmes, ainsi qu'une profusion d'animaux et de monstres.

LES CHAPITEAUX DE LA COLLEGIALE

L'auteur de ces scènes, un certain Geoffroy, dont la signature figure sous le chapiteau de l'adoration des Mages (GOFRIDUS ME FECIT), fait içi preuve d'une verve puissante et d'une naïve expressivité, dont on ne retrouve qu'un écho bien affaibli à Civaux ou à Oyré (86).

On n'oubliera pas d'observer attentivement les chapiteaux de l'arcature qui, toujours dans le chœur, s'intercale entre les arcades du rond-point et l'étage de fenêtres, disposition assez rare en Poitou.

> Abside: espace intérieur de plan semi-circulaire ou polygonal s'ouvrant sur une pièce ou sur un vaisseau

> Arcature: suite de petites baies libres couvertes d'un arc

> Chapelles rayonnantes: chapelles rayonnant autour de l'abside ou du déambulatoire

> murs-bahuts: mur bas portant une arcature, une grille, un pan de bois, ou surélevant un toit au dessus d'une gouttière

Catégories des sites et monuments historiques

Classé ou inscrit (CNMHS)